BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Société de l’Information et du Savoir > Gestion des Connaissances > Outils du KM - Panorama, choix et mise en oeuvre

Outils du KM - Panorama, choix et mise en oeuvre

KnowledgeConsult

jeudi 29 juin 2006, par anass


Résolument orientée outils, l’approche anglo-saxonne du knowledge management, du moins dans ses premières expériences, a fortement influencée la vision de la problématique. De nombreuses organisations se sont ainsi engagées dans la gestion des connaissances par le biais des outils informatiques.

Même si ce type d’approche est aujourd’hui discutée, il faut bien avouer que de nombreux arguments pouvaient plaider en sa faveur :

l’approche par les outils fait mûrir les besoins et favorise le développement individuel de l’usage ;

la mise en place de nouveaux outils est moins contraignante que la mise en place de nouvelles organisations ;

l’obtention des premiers résultats est très rapide ; les questions relatives à la pratique effective du KM sont abordées naturellement ;

C’est ainsi que les premières expériences en matière de knowledge management se sont focalisées sur la mise en place d’outils et plus particulièrement de bases de connaissances.

Essentiellement centrés sur les aspects technologiques, ces projets ont fait l’impasse sur le contenu et son usage. De ce fait, ils ont traités la connaissance comme un objet statique pouvant être stocké, une entité figée. Ils n’ont pas tenu compte de la nature profondément dynamique de la connaissance et se sont, pour la plupart, soldés par un échec.

En effet, pour réussir un tel projet, il est impératif de tirer profit de cet aspect dynamique. C’est à dire qu’il faut non seulement conserver le savoir, mais il faut également et surtout le faire vivre, le transmettre et le développer en mobilisant les connaissances présentes dans l’entreprise.

La mise en place d’une démarche de knowledge management ne se limite donc pas à la mise en œuvre d’une solution technologique. Le knowledge management met au centre de ses préoccupations l’homme, car c’est lui seul qui est détenteur de la connaissance et qui possède la capacité de la valoriser en la partageant.

Ceci étant, sans les technologies la pratique du knowledge management aurait beaucoup moins de sens. La collaboration serait en grande partie limitée aux équipes géographiquement proches et le partage de connaissances n’aurait lieu qu’au cours de réunions ou bien au travers du compagnonnage. Au final, la gestion des connaissances serait limitée dans le temps et l’espace.

Gérer les connaissances à grande échelle n’est pas donc possible sans le déploiement d’outils informatiques qui vont joue le rôle indispensable de vecteurs de transmission de la connaissance au sein de l’entreprise.

Source :Veille.ma.2004.Auteur :KnowledgeConsult

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette