BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > E-commerce > Le certificat qualité des sites de e-commerce du Grand-Duché du (...)

Le certificat qualité des sites de e-commerce du Grand-Duché du Luxembourg

cabinet Bruno GOUBET

vendredi 13 octobre 2006, par anass


Dans le cadre du programme d’action eLuxembourg, le cabinet Bruno GOUBET Consultant 1 à été choisi dans le but d’assister le Ministère de l’Economie, la Chambre de Commerce et la Chambre des Métiers pour mettre en place un dispositif de certification de sites de commerce électronique. Le but de cette mission consistait non seulement à renforcer la confiance du consommateur et assurer la sécurité des transactions en ligne (B to C)2 mais également à faciliter les relations commerciales entre les entreprises (B to B)3. Pour cela, le Ministère de l’Economie a fixé 5 objectifs qui ont été menés à bien au cours de cette mission. Il s’agissait de :
- Réaliser une étude de benchmarking des « signes de qualité » au niveau international afin d’avoir une vision d’ensemble des pratiques dans le domaine du commerce électronique via internet ;

- Proposer à partir de cette étude un certificat de sites de e-commerce en cohérence avec l’évolution actuelle des réglementations européennes et luxembourgeoises ;

- Proposer un processus de certification permettant de délivrer le certificat ;

- Proposer des outils de mise en oeuvre et de contrôle des exigences du référentiel ;

- Estimer le coût de la délivrance d’un tel certificat par un organisme de certification accrédité.

1. L’étude de benchmarking :

Cette étude réalisée sur l’Europe, les Etats-Unis, le Canada et l’Asie nous a permis de mettre en évidence une trentaine de « signes de qualité » que nous avons classé en deux catégories en fonction du degré de sécurisation de confiance et de qualité qu’ils sont en mesure d’apporter aux relations commerciales via internet. D’un côté nous trouvons les labels généralement délivrés par des organismes institutionnels (CCI, CM), des associations de consommateurs, des organisations professionnelles ou des sociétés privées. Le document de référence est appelé code de bonne conduite. Il se compose généralement de recommandations qui apparaissent parfois trop peu contraignantes pour apporter un réel sentiment de confiance auprès des consommateurs. Les moyens de contrôle de ces labels sont le plus souvent assurés par les organismes qui les délivrent, ce qui diminue la crédibilité de l’ensemble de la démarche de labellisation.

Source :Luxembourg e-commerce Certified.Auteur :cabinet Bruno GOUBET


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette