BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Mieux comprendre le succès des communautés de pratique virtuelles par (...)

Mieux comprendre le succès des communautés de pratique virtuelles par l’investigation des aspects technologies.

Line Dubé, Alina Dulipovici, Marcel Gilbert, Réal Jacob

mardi 2 janvier 2007, par anass


Sommaire

Le présent rapport fait partie d’une série de quatre rapports touchant différents aspects de la vie d’une communauté de pratique virtuelle. Ainsi, le présent rapport s’intéresse à la dimension technologique. Nous y investiguons comment les aspects technologiques viennent affecter la vie et le succès des communautés de pratique virtuelles. Plus spécifiquement, la présente recherche investigue comment différentes dimensions technologiques (de l’organisation, des membres et de la technologie elle-même) viennent affecter différents processus de vie des communautés de pratique virtuelles et, finalement, le succès rencontré par ces mêmes communautés. Les données ont été collectées par questionnaires Web auprès des participants de chacune des communautés.

Les résultats montrent que le taux de participation au sein des différentes communautés est plutôt décevant. En effet, près de 30 % des répondants ont participé par le biais du logiciel moins d’une fois par mois et 11 %, environ une fois toutes les deux semaines. De plus, en moyenne, pour l’ensemble des répondants, le taux de participation passive se chiffre à 70 % du temps total consacré à la participation. Même s’il n’y a que peu de différence entre les CoP quant à la satisfaction face au logiciel utilisé comme outil principal de collaboration, il n’en demeure pas moins que, globalement, celle-ci est plutôt timide. Il y a lieu d’évaluer l’adéquation entre les logiciels utilisés et les besoins particuliers d’une communauté de pratique virtuelle. De plus, la facilité d’utilisation ne peut être considérée comme une caractéristique objective de la technologie ; en effet, deux communautés de pratique ayant utilisé un même logiciel l’ont évalué de façon très différente. Les entreprises ne peuvent donc chercher LE logiciel qui sera le plus facile à utiliser, mais ce choix doit se faire en considérant la tâche et les caractéristiques des membres.

Finalement, la formation sur le logiciel utilisé semble influencer positivement la participation. On devrait mettre toutes les chances de son côté en offrant aux membres, non seulement une formation, mais en offrir une qui répond aux besoins des membres. La satisfaction face à la formation semble influencer la participation, mais aussi l’apprentissage du logiciel et la satisfaction avec le logiciel et avec ses impacts sur le travail de la CoP.

Source : Cefrio. 2004. Auteurs : Line Dubé, Alina Dulipovici, Marcel Gilbert, Réal Jacob


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette