BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > E-Learning > La mutualisation de ressources pédagogiques ou la théorie du (...)

La mutualisation de ressources pédagogiques ou la théorie du maçon

HAEUW Frédéric, GARNIER Bénédicte

mercredi 4 avril 2007, par anass


Résumé

Nous proposons dans cet article d’aborder la question de la mutualisation des ressources pédagogiques. Dans le monde de la formation, et tout particulièrement de la formation ouverte et à distance, le principe de mutualisation est très souvent convoqué lorsqu’il s’agit de pallier le déficit, réel ou supposé, de ressources pédagogiques, qui bloque le développement de parcours individualisés et/ou à distance. Chacun est assez rapidement convaincu que la mise en commun des ressources des uns et des autres, permettra de constituer un stock conséquent dans lequel il sera possible de puiser pour son propre usage. Côté financeurs, la perspective d’éviter de financer x fois la même production est attractive ; côté prestataires, des économies d’échelle sont également visées : l’activité des formateurs, y compris dans ses formes traditionnelles, s’appuyant toujours sur des ressources, on ne part pas de rien, tout n’est pas à produire ! Les formateurs, enfin, même s’ils sont moins sensibles aux aspects économiques de la question, acceptent plutôt bien la mutualisation : elle répond, pour beaucoup, au réel désir de travailler ensemble et d’échanger ; elle est pour tous, de toute manière, difficilement réfutable, tant les bénéfices attendus sont évidents, sur le plan économique, comme sur les plans de la professionnalisation ou encore de l’amélioration de l’offre à destination des bénéficiaires.

Cependant, en dépit des bonnes volontés, rares sont les expériences réussies. Mutualiser est-il donc un pari impossible ? Nous pensons pour notre part, qu’il n’en est rien, mais que l’ambiguïté du concept, conjugué aux intentions mal énoncées, à l’inadéquation des moyens, à la mesure insuffisante des impacts sur les organisations ou encore, à l’absence de réflexion stratégique, expliquent les déconvenues en la matière. Expliquer ces échecs relatifs, et tirer parti de ce bilan pour éviter de commettre à nouveau les mêmes erreurs est le défi que nous tentons de relever ici, sachant que, de toute évidence, nous serons loin de faire le tour de la question.

Dans une première partie, nous évoquerons les ambiguïtés inhérentes à ce thème en partant de deux définitions contradictoires de la mutualisation. Puis, nous présenterons quelques expériences de mutualisation de ressources pédagogiques, plus ou moins abouties, pour en souligner les points de convergence. Dans une seconde partie, nous approfondirons la réflexion en adoptant un point de vue plus large qui nous permettra d’identifier les différents types de mutualisation possibles dans un domaine éloigné de la formation, celui du bâtiment. Cette décentration nous conduira, ensuite, à proposer une typologie de la mutualisation en formation et, enfin, à démontrer sa valeur ajoutée et à décrire comment elle impacte les organisations en présence.

Source : Algora.2006. Auteurs :HAEUW Frédéric, GARNIER Bénédicte


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette