BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Télécommunications > Réseaux à hauts débits : nouveaux contenus, nouveaux usages, nouveaux (...)

Réseaux à hauts débits : nouveaux contenus, nouveaux usages, nouveaux services

J.P. Arnaud

mercredi 25 avril 2007, par anass


Les années charnières du millénaire resteront sans doute dans l’histoire comme celles de la « nouvelle économie » fondée sur « la ruée vers l’or numérique » pour reprendre l’expression américaine désormais consacrée (digital gold rush).

Certes, les nouvelles technologies de l’information ont connu une brutale accélération dans un climat d’euphorie boursière et de grande créativité. Mais, on l’oublie trop souvent, cette « nouvelle économie » est d’abord celle de l’explosion de l’investissement industriel et d’importants gains de productivité, générateurs d’une croissance économique forte.

Les États-Unis viennent de fêter le cycle de croissance le plus long de leur histoire, ramenant le chômage à ses plus bas niveaux historiques. En France, la croissance est repartie avec vigueur, améliorant l’emploi (il n’y a jamais eu autant de salariés dans notre pays), réduisant chômage et déficit public.

En 1999, le Département du Commerce américain estimait que le tiers de la croissance américaine était liée à la nouvelle économie alors même que les secteurs concernés par les nouvelles technologies de l’information ne constituaient que 8% du PIB américain. En France, une étude réalisée par le BIPE1 en juillet 2000 pour le ministère chargé de l’industrie estimait que l’impact de ces technologies avait conduit à un surcroît de croissance de 20% en moyenne sur les 4 dernières années dans notre pays : ce sont ainsi 100 000 emplois nouveaux qui auraient été créés dans ce secteur, dont 50 000 sur la seule année 1998. Selon la même étude, entre 74 000 (hypothèse basse) et 160 000 (hypothèse haute) emplois nouveaux seraient créés chaque année de 1999 à 2001 grâce à un surcroît de croissance de 0,6 % à 1,6 %. Si l’investissement en biens électroniques a bien constitué le moteur de cette « nouvelle économie », les services rendus, et notamment les services en ligne, en ont constitué le carburant.

Le moteur étant lancé, il convient maintenant de l’entretenir et continuer à l’alimenter : les réseaux de télécommunications à hauts débits et surtout les services qui leur sont associés sont l’avenir de la « nouvelle économie » et le futur de notre croissance. Les réseaux de télécommunications concernés sont multiples et, pour une faible part, sont déjà en place. Mais l’essentiel reste à faire et représente des investissements qui se chiffrent en milliards d’euros tant en Amérique qu’en Europe. Il s’agit notamment des réseaux filaires en technologie DSL, mais aussi de réseaux filaires câblés ou optiques, ainsi que des réseaux hertziens numériques terrestres, des réseaux radio (UMTS) ou satellitaire.

Source :Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.2000. Auteur :J.P. Arnaud


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette