BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Génie Logiciel > Bruxelles veut etudier l’impact du libre international

Bruxelles veut etudier l’impact du libre international

par C.C

mardi 31 mai 2005, par Collecte CND R.L

Plus de 660 000€ : c’est le budget sur deux ans (jusqu’au 30 avril 2007) que l’Union européenne vient d’allouer à Flossworld, consortium international dédié à la recherche et au développement des logiciels libres et des standards ouverts.

Outre le montant du financement, il s’agit ici du premier programme de type Floss (Free/Libre/Open Source Software) à s’étendre hors des frontières de l’Europe.

Les précédents projets, baptisés FP5 et FP6, étant essentiellement focalisés sur l’Union. Flossworld est coordonné par l’institut de recherche hollandais Merit (Maastricht Economic Research Institute on Innovation and Technology).

Les membres du consortium, qui bénéficieront également du financement, sont répartis selon cinq régions : l’Est asiatique (Chine), le Sud asiatique (Inde et Malaisie), l’Afrique (Afrique du Sud), l’Europe de l’Est (Bulgarie et Croatie) et enfin l’Amérique latine (Argentine et Brésil).

Selon le site, l’objectif est de faire de l’Europe le moteur principal de la recherche, de l’éducation et du développement du logiciel libre.

Mais également d’« accroître la collaboration entre pays » pour en développer des politiques adéquates.

Le programme devrait alors travailler, dans un premier temps, à analyser les impacts possibles de l’Open Source sur l’économie (notamment en terme d’emploi), à calculer les écarts de compétences en développement logiciel entre pays et, enfin, à analyser les attitudes des gouvernements respectifs face au libre.

Rappelons toutefois qu’à Bruxelles, le bras de fer entre partisans et opposants à la directive sur les brevets logiciels continue.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette