BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Internet- Intranet > La Cnil souligne les faiblesses du changement d’adresse en (...)

La Cnil souligne les faiblesses du changement d’adresse en ligne

mardi 7 juin 2005, par Collecte CND R.L

Jean-Pierre Raffarin n’est plus locataire de l’hôtel Matignon depuis ce mardi 31 mai. L’occasion idéale pour lui de tester le service en ligne de changement d’adresse promu le 17 mai par Renaud Dutreil, son ex-ministre de la Fonction publique. Sauf que, comme le montre la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) dans un avis rendu public lundi 30 mai, n’importe qui peut aujourd’hui utiliser ce système et remplir une déclaration de modification de coordonnées en lieu et place de l’ex-Premier ministre.

Changement-adresse.gouv.fr est pourtant une des promesses les plus concrètes de l’administration électronique. Gratuit, le service permet de faire sa déclaration à plusieurs administrations (CAF, CPAM, Assedic...) en une seule fois.

Il suffit pour cela de choisir un identifiant et un mot de passe au moment de l’inscription, puis de rentrer une information propre à chaque service.

Par exemple, le numéro d’allocataire pour l’assurance maladie.

Une méthode beaucoup trop dangereuse aux yeux de la Cnil. A ses yeux, l’authentification des usagers est bien trop faible. Rien n’empêche un internaute plus ou moins malintentionné de remplir une déclaration de changement d’adresse en usurpant une autre identité.

Un tel acte est bien évidemment susceptible de poursuites pénales (jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende), mais le relatif anonymat d’Internet facilite, au mieux, les mauvaises plaisanteries et, au pire, les escroqueries.

La Cnil demande donc aux services du gouvernement en charge du projet de réaliser un bilan dans les plus brefs délais. Et, déjà, elle table sur une évolution du système, en proposant la mise en place d’un « système de certificat électronique ou de signature électronique », qui pourrait limiter les risques d’usurpation.

Les services de l’ADAE (Agence pour le développement de l’administration électronique) seraient d’ailleurs déjà en train de travailler à une nouvelle mouture de changement-adresse.gouv.fr.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette