BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Société de l’Information et du Savoir > SMSI > Un PC à 100 dollars pour réduire la fracture numérique

Un PC à 100 dollars pour réduire la fracture numérique

mercredi 7 décembre 2005, par anass


Un PC à 100 dollars pour réduire la fracture numérique

Nicholas Negroponte, directeur des labos de recherche du MIT, a présenté à Tunis son ordinateur portable à 100 dollars. Près de 25 pays seraient intéressés. Cinq fabricants ont répondu à l’appel d’offres.

Si la question du contrôle de l’Internet a mobilisé les sherpas des différentes délégations attendues à Tunis pour le Sommet mondial de la société de l’Information (SMSI), le clivage Nord-Sud reste, en matière de technologies, une bien triste réalité. Nicholas Negroponte, patron des labos de recherche au célèbre MIT (Massachusetts Institute of Technology) n’est sans doute pas le premier à s’attaquer à la fracture numérique. La présentation de son ordinateur à 100 dollars dans le cadre du SMSI n’en était pas moins très attendue et ce, d’autant plus que depuis l’annonce du projet, au mois de janvier dernier, l’entreprise commence à prendre certaine consistance.

Près de vingt-cinq pays auraient montré leur intérêt pour cette machine, la Thaïlande et le Brésil figurant parmi les plus intéressés. Pour autant, le carnet de commandes ferme reste vierge, même si 4,5 millions de pré-commandes ont été enregistrées. Nicholas Negroponte a précisé lors de sa présentation à Tunis qu’il attendait les premiers ordres pour février ou mars 2006. A cela s’ajoute une vague promesse du Gouverneur du Massachusetts, prêt à investir 54 millions de dollars pour équiper la totalité des élèves des écoles et lycées de son Etat. Il n’empêche, la filière industrielle a répondu présente. Advanced Micro Devices, Red Hat, Google, News Corp., et Brightstar Corp., logisticien spécialisé dans les applications intéressant l’industrie du sans-fil, ont chacun accepté d’injecter 2 millions de dollars pour mettre en orbite One Laptop Per Child (un portable par enfant), organisation à but non lucratif chargée de superviser le projet. Par ailleurs, cinq industriels auraient d’ores et déjà répondu à l’appel d’offres relatif à la fabrication de cet ordinateur.

En fait, la production pourrait commencer fin 2006, début 2007... dès que les cinq à dix millions de premières unités auront été commandées... et payées. Le rythme est censé atteindre plusieurs dizaines de millions les années suivantes. Moyennant quoi, pour Nicholas Negroponte, la cause est entendue. Les enfants des nations parmi les plus défavorisées ont tout à y gagner, non seulement dans le cadre d’une utilisation scolaire mais également au sein de leur foyer. Sans doute. Mais rien ne permet d’affirmer aujourd’hui que les toutes les économies du tiers-monde accepteront ou seront financièrement capables de supporter un tel projet. Rappelons à cet égard deux paramètres essentiels : si l’objectif à terme est d’arriver à un tarif de 100 dollars, le prix actuel est en réalité plus proche de 110, voire 115 dollars. Par ailleurs, la première commande passée par un gouvernement doit porter sur une quotité minimum d’un million de machines... D’autres expériences similaires ont déjà été confrontées à ces difficultés, notamment AMD et son PIC (Personal Internet Communicator), autre PC discount lancé à l’automne 2004, fabriqué par Solectron, et proposé à 185 dollars sans moniteur (ou 249 dollars avec écran). Aujourd’hui, Hector Ruiz, le patron d’AMD semble d’ailleurs un peu plus prudent quant au succès de ce type d’opération « compliquée à mettre en place avec les gouvernements locaux ».

Si les grands industriels que sont Intel, Microsoft, Dell ou HP restent encore à l’écart de telles initiatives, il n’en observent pas moins avec attention leur évolution. Le marché des grandes nations industrialisées étant désormais mature, celui des économies émergentes représenterait un relais de croissance non-négligeable, les volumes venant compenser des tarifs peu élevés. Un détail n’a pas échappé à Microsoft : la plupart des ordinateurs proposés dans ce contexte tournent grâce au système d’exploitation Linux. Difficile à avaler.

Source : Le quotidien de L’Expansion.le 16/11/2005


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette