BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Internet- Intranet > Le bug du e-tourisme au Maroc

Le bug du e-tourisme au Maroc

Rachid Jankari

vendredi 9 décembre 2005, par anass


Le bug du e-tourisme au Maroc

L’avenir du tourisme marocain passe par le Web. Les 3èmes assises du secteur tenues à Essaouira étaient l’occasion de faire le point sur le potentiel du e-tourisme pour booster le marché à l’horizon 2010. Analyse.

Dix millions d’internautes et dix millions de touristes en 2010.Les deux objectifs représentent deux défis aussi bien pour les professionnels des technologies de l’information que les opérateurs du secteur touristique.

Or, jusqu’à présent, les intervenants du marché touristique sous-exploitent les avantages de la visibilité sur le web pour vendre le produit « Maroc » et continuent de faire le pari sur les seuls canaux traditionnels de distribution et de promotion

Aujourd’hui sur la toile, les packages à destination du marché marocain sont commercialisés plutôt par des mastodontes virtuels du e-tourisme : expedia.fr, partirparcher.com et lasminute.com...

Conséquence : « la présence timide sur le web des professionnels marocains du tourisme génère un manque à gagner pour le Royaume d’autant plus que plus 20% des 750 millions de touristes de part le monde achètent leurs voyages sur internet », explique, Kamal Okba, PDG de Casanet, lors des assises de tourisme qui se sont tenues récemment à Agadir.

L’exemple de la compagnie aérienne, la RAM est édifiant sur le potentiel du marché du e-tourisme. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 122 millions de DH en 2005 grâce à ses ventes en ligne. Un autre indice révélateur du manque à gagner : 70% des commandes et des achats de billets sur le site de la RAM proviennent d’internautes américains !

A mi-chemin de la mise en oeuvre la stratégie 2010 commence, le Maroc commence à recueillir les fruits de sa politique volontariste. Pour la première fois, les recettes touristiques sont devenues la première source de devises devant les transferts des MRE.

Cependant, que faire pour conserver cette courbe ascendante de croissance et réaliser l’objectif de dix millions d’internautes d’ici cinq ans ? L’une des options sérieuse à explorer est sans conteste le Web. Les centaines d’hôtels et les 600 agences de voyages qui opérant sur le marché local doivent intégrer internet dans leurs stratégie de développement.

Cette stratégie doit s’articuler sur deux composantes : « le renforcement de la visibilité et la présence (epub, site web, référencement, marketing viral...) et l’offre de services faciles et instantanés (réservation en ligne, paiement en ligne et vente immédiate) », recommande Kamal Okba.

Les organismes en charge de la promotion du Royaume assument de leurs part de responsabilité dans la diplomatie numérique pour mieux vendre la destination « Maroc ». L’ONMT, le Ministère de Tourisme, les CRT, les Fédérations professionnelles sont interpellés pour investir davantage sur la toile en vue d’offrir des informations actualisées sur le secteur, ses intervenants et ses packages.

Indicateurs sur l’e-tourisme au monde

· 750 millions de touristes en 2005 · 14,3 milliards de dollars générés en 2005 en Europe par le e-tourisme · Prévisions e-tourisme sur le marché française : de un milliard en 2005 à 5,5 milliards d’euros en 2007 (Jupiter Search) · Selon TNS Sofres en 2005 : 56% des internautes français ont trouvé un voyage en ligne · 36% du e-tourisme à l’Hexagone est réalisé via le e-tourisme

Source :Ménara.Le 07/12/2005 par Rachid Jankari


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette