BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Recommandations relatives aux documents audiovisuels et multimedias a (...)

Recommandations relatives aux documents audiovisuels et multimedias a l’usage des bibliothèques et autres institutions

Bruce Royan, Monika Cremer et al

mercredi 4 janvier 2006, par anass


Cette série de recommandations relatives aux documents audiovisuels et multimédias à l’usage des bibliothèques de tous types et des autres institutions susceptibles d’en proposer, est le fruit de plusieurs années de travail de consultation et de collaboration collective.

Dès 1972, le Manifeste de l’UNESCO pour les bibliothèques publiques a mis l’accent sur la nécessaire présence des médias audiovisuels dans les bibliothèques publiques, en section adultes comme en section jeunesse. L’année suivante, la Table ronde sur les documents audiovisuels a été créée au sein de l’IFLA dans le but de couvrir tout le champ du « non livre » ou, selon une autre définition, tous les documents requérant un appareil de lecture pour leur consultation.

En 1982, il a été demandé à la Table ronde de se prononcer sur des normes de mise à disposition de documents et d’équipements audiovisuels dans les bibliothèques publiques. La première édition de ces recommandations de l’IFLA était née. Une seconde édition, revue et corrigée, était prévue en 1987, mais elle ne vit jamais le jour. Le succès important rencontré par de nouveaux services dans les bibliothèques, tels que la consultation de documents multimédias sur disques optiques (CD-I et CDROM) ou en ligne, a représenté une nouvelle évolution dans l’offre audiovisuelle puisque ces services proposaient différents médias audiovisuels, structurés de manière électronique. En 1996, la Table ronde a alors changé de nom, pour devenir « Table ronde sur l’audiovisuel et le multimédia » (AVM).

Trois ans plus tard, la Table ronde AVM a été muée en « Section Audiovisuel et Multimédia ». L’entrée de cette révolution technique dans les bibliothèques a non seulement mis en évidence le besoin d’un changement d’appellation, mais également celui d’une révision des recommandations de l’IFLA. En 1997, la Table ronde AVM a proposé,par le biais d’un petit projet de corriger les anciens textes et la documentation complémentaire en les fondant en une série de recommandations relative à l’offre de documents audiovisuels et multimédias à l’usage des bibliothèques publiques. Après un an de travail, un premier bilan a fait état de la lourdeur d’un telle tâche si elle devait reposer sur les épaules d’un seul rédacteur1. Nous obtenions cependant un premier cadre destiné à un futur travail plus complet.

En 1999, le Bureau de coordination de la Division VI de l’IFLA a entériné la poursuite du projet confié à une équipe de membres2 de la nouvelle Section AVM, visant à préparer une série de recommandations relatives aux documents audiovisuels et multimédias à l’usage des bibliothèques de tous types et des autres institutions susceptibles d’en proposer.

Le champ d’application du projet a été étendu au-delà du secteur des bibliothèques de lecture publique. L’apparition des technologies de l’information et de la communication a introduit en effet, une suppression des frontières traditionnelles qui existaient entre tous les types de bibliothèques : de lecture publique, universitaires, 1 Bibbi Andersson (Suède) 2 Monika Cremer (Allemagne), Pierre-Yves Duchemin (France), Joelle Garcia (France), Marty Kesselmann (Etats-Unis) nationales ou spécialisées.

Ce travail d’équipe a été néanmoins influencé par les discussions qui eurent lieu lors du congrès IFLA 2000, au moment de la révision des Recommandations de l’IFLA pour les bibliothèques publiques. Certains des aspects de ce débat traitaient des documents audiovisuels et multimédias dans les termes suivants : « afin de combler le fossé entre les populations ayant accès à l’information et celles qui en sont dépourvues, il est nécessaire de mettre à disposition l’équipement adéquat, par exemple les technologies de l’information, les lecteurs de microformes, les magnétophones à cassettes, les projecteurs de diapositives et les appareils de lectures pour les handicapés visuels. » La première version des présentes recommandations a été présentée lors d’un atelier au congrès de l’IFLA de Boston en 2001. L’équipe de rédacteurs a ainsi pu récolter de nombreuses suggestions d’améliorations du texte. Une deuxième réunion de travail a du être reportée du fait de la densité du programme du congrès IFLA 2002 à Glasgow. Cependant le texte a pu être publié en ligne sur IFLANET, de même que largement diffusé au sein de l’IFLA et auprès de nombreux professionnels, ce qui a permis d’accumuler de nouvelles remarques.

En juillet 2003, une deuxième version des Recommandations, prenant en compte l’ensemble des commentaires reçus à cette date, a été publié dans la lettre d’information de la Section AVM. Le texte actuel, basé sur cette dernière version, a été finalisé par les rapporteurs3 des débats d’un atelier qui s’est déroulé à Berlin,dans le cadre de la conférence de l’IFLA, le 7 août 2003.

Source : International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA).Année 2005 Auteur :Bruce Royan, Monika Cremer et al

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette