BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Génie Logiciel > L’émergence des SSLL au Maroc

L’émergence des SSLL au Maroc

Rachid Jankari

jeudi 26 janvier 2006, par anass


Le Maroc prépare une mutation discrète vers l’open source et les logiciels libres. Outre, les sociétés tels que Omsium Work et Solinux, les jeunes frères Belkayat ont créé « NCD » leur propre société de services des logiciels libres (SSLL). Les détails sur la feuille de route de ce nouveau-né.

Le choix de déploiement de solutions de l’open source dans un système d’information d’une entreprise ou une administration est devenue une option qui intéresse sérieusement plusieurs professionnels.

Or, la réticence de migration vers l’open source s’explique en partie par l’absence de sociétés de services spécialisées ayant des ressources hautement qualifiées.

Pour pallier au déficit sur ce segment à fort potentiel, de plus en plus de jeunes pousses émergent du lot pour se positionner en tant que société de service de logiciels libres (SSLL).

C’est le cas de la société casablancaise « NCD » fondée par les frères Belkhayat. Pour Mahdi et Reda, ils croient fermement dans l’avenir de l’open source comme alternative sérieuse pour la mise à niveau et le déploiement d’un système d’information performant.

Au départ, pour viabiliser leurs projets, les deux fondateurs ont démarré depuis l’année dernière en tant que centre de dépannage informatique. « Nous avons lancé sur le marché des packs de maintenance et de réparation informatique dont le prix se situe entra la fourchette de 100 à 500 DH », explique Madhi Belkhayat. D’ailleurs, ce centre de maintenance en atelier, à distance ou in situo, cible principalement les PME-PMI, les professions libérales et les particuliers.

Parallèlement à la maintenance, la jeune pousse a développé des prestations en tant qu’intégrateur de solutions libres : voix sur IP pour centres d’appels, migration de parcs informatiques vers open office, déploiement de serveurs linux ainsi que le CRM.

Pocket Desktop : l’aventure continue ?

NCD se positionne en tant que SSLL, mais l’année dernière, la jeune entreprise a attiré l’attention des observateurs du marché des TIC par le lancement d’une suite bureautique « embarquée » sur clé USB. Pour industrialiser et packager sa solution baptisée « Pocket Desktop », la société est depuis a entrepris des négociations avec des industriels étrangers fournisseurs de clés USB.

« Nous attendons une réponse ferme à cette proposition de la part de nos futurs partenaires d’ici mars prochain. A défaut d’une offre positive, nous lancerons notre solution sur le marché sans nécessairement s’associer à un fournisseur de clés USB », précise Reda Belkhayat.

Pour en savoir plus : http://www.ncdinfo.dynalias.com/

Source : Ménara.Le 26/01/2006.Auteur :Rachid Jankari