BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Génie Informatique > Quand consolidation rime avec virtualisation

Quand consolidation rime avec virtualisation

Stéphanie Bellin-Deranlot

jeudi 26 janvier 2006, par anass


Consolider ses serveurs ne suffit plus. Il faut désormais virtualiser leurs OS et leurs applicatifs, pour tirer le maximum de profit de la puissance des matériels. Mais les intégrateurs spécialisés dans ce domaine sont encore peu nombreux...

Il paraît que l’époque est au rétro (vintage). Vêtements, musique, décoration... revisitent paisiblement les classiques des années 60 à 90. Le monde IT n’est pas en reste : un tandem technologique, aussi vieux que les premiers Personal Computers, a le vent en poupe aujourd’hui : consolidation et virtualisation. La virtualisation est le découpage logiciel d’un serveur physique en partitions logiques indépendantes, effectué pour réduire les coûts d’infrastructure.

Les architectures distribuées qui ont fait les beaux jours des années 90 et de la bulle Internet semblent dépassées : multiplier les serveurs comme les petits pains dans les salles informatiques témoigne ainsi à présent d’une stratégie IT... du plus mauvais goût. La philosophie un temps « has been » du mainframe effectue son grand retour : les infrastructures consolidées sur de gros serveurs et servies par une virtualisation des applications et des OS sont de nouveau en vigueur. Pour optimiser les coûts, rationaliser les équipements et leur administration, assurer la meilleure disponibilité du système, faciliter les plans de reprise après sinistre et le stockage sécurisé des données sur San, constructeurs et éditeurs invitent désormais leurs clients, non seulement à consolider leurs serveurs, mais aussi à les virtualiser. C’est actuellement l’éditeur américain VMWare qui s’impose comme leader incontournable de la virtualisation des architectures X86 (sous Windows ou Linux). Acteurs historiques de la virtualisation en environnement propriétaire, nombre de constructeurs comptent bien profiter de la démocratisation de cette technologie afin de promouvoir leurs serveurs moyen et haut de gamme, voire leurs lames.

Quant aux intégrateurs IT spécialistes du domaine, certifiés par les fournisseurs, ils sont aujourd’hui encore assez peu nombreux : les prestations d’audit et de déploiement à forte valeur ajoutée qu’ils ont développées auprès des grands comptes depuis deux à trois ans devraient leur permettre de profiter, les premiers, de l’ouverture du marché de la virtualisation aux PME.

Plus qu’une mode, la virtualisation s’affirme comme une lame de fond et s’installe à tous les niveaux des architectures : dans le stockage, les serveurs, et bientôt les processeurs, avec des fonctionnalités de virtualisation embarquées dans les puces AMD et Intel à l’horizon 2006-2007. Pas de doute possible, la virtualisation devient une réalité du marché IT.

Source :CRN. Le 19/01/2006. Auteur :Stéphanie Bellin-Deranlot


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette