BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Gestion des systèmes d’information > Archives > Les marchés verticaux, pionniers de l’archivage de données

Les marchés verticaux, pionniers de l’archivage de données

Claude Lucas

vendredi 27 janvier 2006, par anass


Les prestataires IT doivent tirer profit de l’intérêt des PME pour les solutions d’archivage, d’abord destinées à contenir l’explosion de leurs données. Les comptes spécialisés par métier, en particulier, en sont très demandeurs.

Le secteur de l’archivage IT deviendrait-il une réalité sonnante et trébuchante pour les revendeurs et les intégrateurs ? Confrontées à l’explosion du volume des informations dites non structurées (e-mails, pièces jointes, fichiers de tous formats), contraintes d’assurer à la fois pour des raisons opérationnelles, mais aussi sous la pression de la réglementation (Bâle I et II, loi de sécurité financière...), la conservation et l’accès immédiat à certains documents, les entreprises découvrent les solutions d’archivage avec un œil nouveau. Ces plates-formes logicielles, qui permettent de trier et de hiérarchiser les données en fonction de multiples paramètres, de transférer automatiquement celles-ci sur des supports de stockage différenciés et d’assurer leur restitution dans les délais requis, sont développées par quelques grands fournisseurs (IBM, HP), ainsi que par des éditeurs spécialisés (Legato, Documentum, FileNet) adossés ou non à des ténors du stockage (EMC). Elles peuvent aussi être intégrées dans des solutions plus globales de GED (Gestion électronique de documents), « Le marché de la gestion de l’archivage est en train de prendre de la consistance, constate Dominique Lhopital, responsable du développement commercial chez le constructeur StorageTek. Auparavant, les solutions d’archivage étaient déployées à partir d’une application spécifique, pour un besoin métier bien défini (archivage de factures, de liasses commerciales, de relevés de comptes...). Aujourd’hui, les motivations des entreprises évoluent nettement : la majorité d’entre elles se décide à investir dans les logiciels d’archivage pour être en mesure de répondre correctement et en priorité... aux injonctions de l’administration fiscale », poursuit-il.

Source :CRN.Le 09/11/2005.Auteur :Claude Lucas

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette