BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Veille > Veille stratégique.La révolution Internet

Veille stratégique.La révolution Internet

lundi 6 février 2006, par anass


Internet offre de nouvelles possibilités en matière de veille, notamment grâce à l’utilisation d’agents intelligents qui surveillent et récoltent l’information. Des agents capables, pour tout savoir, de se faire passer pour de faux clients.

Cinq ou six newsletters, quelques clics sur des sites d’information et un coup d’œil sur les forums. Certaines entreprises font de la veille sans même le savoir. Aujourd’hui, que l’on soit une TPE, une PME ou un grand groupe, la veille devient accessible, parfois même gratuitement, grâce à Internet.

Le Web constitue une gigantesque source d’informations, au niveau mondial. Pour les PME, cette dimension internationale représente de fortes opportunités, auparavant plus lointaines. Mais ce n’est pas tout : Internet est aussi un média donnant accès à des bases qui existent depuis longtemps, comme les bases de brevets. On peut également y lire la presse. "Ce qui change, c’est que tout est désormais accessible via un canal unique qui utilise un protocole standard. Cela permet de traiter l’information grâce à des outils", explique Guillaume Lory, directeur général délégué de Cybion, une entreprise spécialisée dans la veille sur Internet.

Problème : la quantité d’informations implique de passer beaucoup de temps pour obtenir les données désirées. Un obstacle levé par les agents intelligents. Ces logiciels permettent d’automatiser une partie des tâches, avec des fonctions de surveillance et de collecte de l’information en ligne. Certains sont gratuits, comme Copernic, d’autres sont payants. "Pour s’équiper d’un agent, il faut compter sur un budget de base de 100 à 150 euros, précise Guillaume Lory. A partir de 300 euros par mois, une PME peut également décider de sous-traiter une partir de sa veille, afin d’obtenir régulièrement une revue de Web auprès d’une centaine de sources. Il existe enfin des logiciels de 150 000 euros et plus pour les grands comptes. Ils nécessitent en général un salarié à plein temps pour leur manipulation."

Ces agents intelligents ne sont pas que des vigiles du Net. Ils peuvent également jouer le rôle d’un faux client pour récolter un maximum d’informations. Dans des secteurs comme la banque, le voyage ou le transport aérien, les entreprises utilisent ainsi ces agents pour opérer de la veille tarifaire. "Certains logiciels sont par exemple capables de compléter des formulaires en ligne à la place d’un internaute et de recueillir ainsi des prix en testant de nombreuses combinaisons", note Guillaume Lory.

En mission de base, pour suivre les évolutions des concurrents, les agents naviguent sur des sites choisis pendant une période donnée et signalent une page modifiée ou un nouveau communiqué de presse. Autre possibilité offerte par le Net : la veille image. "Internet est de plus en plus un lieu d’expression, par l’intermédiaire des weblogs, des wikis et surtout des forums. Les grands sites marchands récoltent également des avis de consommateurs." Des avis qui intéressent particulièrement les grands comptes, pour des produits grands publics, par exemple dans la cosmétique ou l’assurance automobile.

Reste que ces informations ne sont pas toujours fiables. Elles peuvent par exemple être diffusées par un concurrent. "Nous cherchons à nous détacher des pratiques de guerre économique, soutient Guillaume Lory. Nous ne conseillons pas à nos clients d’avoir recours à ces méthodes, ni de riposter sur le même registre. C’est une surenchère dangereuse."

Pour bien utiliser les agents, l’entreprise doit avant tout définir sa problématique et en déduire les paramétres de l’outil. "Il faut d’abord avoir pratiquer la veille à la main pour se servir correctement d’un logiciel de veille" prévient le directeur général délégué de Cybion. Enfin, si les agents font gagner du temps, leur apport demeure parfois limité. La veille reste avant tout d’une activité intellectuelle et humaine. Il ne faut surtout pas croire qu’un outil va résoudre, à lui seul, toute la problématique de veille d’une entreprise.

Source : Le Journal du Management.Juin2004.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette