BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Veille > LA VEILLE TECHNOLOGIQUE : UNE "ARDENTE NÉCESSITÉ" [1]

LA VEILLE TECHNOLOGIQUE : UNE "ARDENTE NÉCESSITÉ" [1]

Gérard Verna

jeudi 9 février 2006, par anass


À l’heure où chacun souligne le rôle de plus en plus crucial du développement technologique pour la survie future de nos entreprises, en général, et de nos PME, en particulier, cette étude vise à définir la notion encore peu commune de "veille technologique", c’est-à-dire de surveillance permanente, pro-active et ciblée de l’environnement pour y déceler dès que possible les technologies émergentes qui seront peut-être prépondérantes demain.

L’étude fait un tour d’horizon du peu de littérature disponible sur le sujet, présente ce qui se fait dans différents pays, souligne une tendance de plus en plus en plus marquée en faveur de systèmes collectifs de veille et conclut sur le rôle évident que pourraient jouer les universités pour aider les entreprises dans ce domaine.

À l’heure où tout semble tourner désormais autour des progrès technologiques et des activités à forte valeur ajoutée, il est important de s’intéresser de plus près à la façon dont l’entreprise peut surveiller son environnement pour savoir en permanence comment évolue la technologie, dans le monde en général et chez ses concurrents en particulier, afin de protéger son avenir. Dans l’optique plus précise d’un éventuel transfert de technologie, il est important pour l’entreprise de connaître les grandes tendances mondiales pour savoir à qui elle pourra transférer les technologies qu’elle maîtrise. Le but de la présente étude est de faire le point sur les recherches et réflexions actuelles sur le processus de la veille technologique. Mais cette étude vise également à sensibiliser les responsables d’entreprise à une approche susceptible de les aider à conserver cette petite longueur d’avance sur les concurrents qui suffit parfois à assurer la survie.

Après avoir situé la notion de veille puis de veille technologique dans la réflexion stratégique, l’étude rappelle quelques définitions utiles pour classer les idées. Le troisième chapitre est alors consacré à une description détaillée du processus de veille technologique, avant que le chapitre quatre précise tous les domaines dans lesquels cette veille peut être utile. Le chapitre cinq donne des indications sur la façon dont est mise en oeuvre la veille à travers de nombreux exemples. Enfin, avant de conclure, le chapitre six aborde deux domaines connexes qui sont l’espionnage industriel et la politique de propriété industrielle.

Source : Gérard Verna.Département de management, Université Laval.Auteur :Gérard Verna

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette