BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > E-Gouvernance > Le rôle de l’administration en ligne (eGovernment) pour (...)

Le rôle de l’administration en ligne (eGovernment) pour l’avenir de l’Europe

lundi 13 février 2006, par anass


Le secteur public joue un rôle très important dans le modèle social et économique de l’Europe, offrant au citoyen une qualité de vie élevée, et assurant la cohésion socio-économique et un environnement économique concurrentiel. Il est engagé dans toute une gamme d’activités, telles que l’enseignement, les soins de santé et la sécurité sociale, la protection des consommateurs et la protection de l’environnement. Les atouts économiques de l’Europe, tels qu’une main-d’oeuvre qualifiée et la prédominance dans d’importants secteurs nécessitent le soutien d’un secteur public performant.

Le secteur public en Europe est à la croisée des chemins. Il doit faire face à une situation économique et sociale difficile, à des changements institutionnels et aux changements importants imposés par des nouvelles technologies. De plus en plus on attend du secteur public, en tant que promoteur de la croissance économique, qu’il puisse jouer et qu’il joue un rôle beaucoup plus actif dans la réalisation des objectifs de la stratégie de Lisbonne visant ainsi le renouveau économique, social et environnemental. Au sein du secteur public, les administrations doivent améliorer l’efficacité, la productivité et la qualité de leurs services, avec, cependant, des budgets inchangés, voire en réduction.

Les technologies de l’information et des communications (TIC) peuvent aider les administrations à relever ces nombreux défis. L’accent ne doit cependant pas être mis sur la technologie, mais plutôt sur l’utilisation des TIC dans les administrations publiques, associées avec des changements au niveau de l’organisation et de nouvelles aptitudes du personnel, dans le but d’améliorer les services publics et de renforcer les processus démocratiques et de soutien aux politiques publiques. C’est ce que nous appelons l’eGovernment. Dès maintenant, des bonnes pratiques dans de nombreux pays montrent que l’eGovernment est un moyen puissant pour fournir des services publics de meilleure qualité, pour réduire les délais d’attente et améliorer le rapport qualité/prix, pour augmenter la productivité et améliorer la transparence et la responsabilité des services. L’eGovernment doit avoir comme buts stratégiques la réalisation des objectifs de Lisbonne, la réduction des entraves au marché intérieur des services et à la mobilité en Europe et la mise en oeuvre efficace des politiques nationales et de développement régional ou local. Il n’est cependant pas facile d’introduire l’eGovernment. Pour fournir des services centrés sur les besoins de l’usager et réduire la paperasserie administrative inutile, il faut que l’information soit partagée parmi les départements et les différents niveaux d’administration (par exemple entre le niveau local et le niveau national). Le plus souvent, cela exige de modifier l’organisation et d’ébranler des façons de travailler bien établies. Cela mène souvent à des problèmes de résistances. En outre, l’eGovernment n’est pas sans frais, et l’ amortissement peut prendre du temps. La généralisation de l’eGovernment soulève des problèmes difficiles. Il s’agit, notamment, de maintenir la confiance de l’utilisateur dans les interactions en ligne avec les administrations, d’assurer un accès pour tous aux services en ligne, afin d’éviter la "fracture numérique", d’assurer l’interopérabilité des échanges d’informations entre les organisations et les pays, et d’élaborer des services paneuropéens promouvant la mobilité dans le marché intérieur et la citoyenneté européenne.

C’est la raison pour laquelle il faut une forte impulsion politique pour vaincre les résistances et les entraves, changer les mentalités, forcer le changement au niveau des organisations, maintenir les investissements et garder à l’esprit les perspectives à long terme tout en insistant sur l’obtention de résultats concrets à court terme. L’eGovernment est un élément central du plan d’action "eEurope 2005". C’est la seule partie de l’initiative "eEurope" où les pouvoirs publics doivent non seulement assurer la mise en place des conditions préalables nécessaires, mais où ils sont également seuls responsables de sa réalisation. La conférence eGovernment qui vient d’avoir lieu dans le cadre du plan d’action "eEurope 2005", et la déclaration ministérielle à laquelle elle a donné lieu, ont montré l’intérêt de concrétiser l’eGovernment en Europe. Sur la base de cette conférence, des programmes communautaires, d’initiatives et de stratégies nationales, régionales et locales, et des travaux du Réseau des Administrations Publiques, la présente communication analyse la situation actuelle de l’eGovernment, met en évidence les principaux problèmes et entraves, et présente un ensemble d’actions cohérent pour renforcer l’eGovernment dans le cadre de l’initiative "eEurope 2005". La présente communication souligne l’importance que la Commission attache à l’eGovernment comme moyen de mise en place d’une administration publique de première classe à tous les niveaux en Europe et qui contribue pleinement à la mise en oeuvre de la stratégie de Lisbonne en procurant à la population et aux entreprises des services publics nouveaux et meilleure qualité. Elle invite les États membres à exprimer leur engagement politique, et à renforcer leurs efforts conjointement avec toutes les parties concernées dans le secteur privé et le secteur public.

Source :COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES.Le 26/09/2003.

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette