BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Aspects juridiques des sciences de l’ information > Déontologie et Ethique > LA FRACTURE NUMÉRIQUE EST-ELLE UNE FATALITÉ ?

LA FRACTURE NUMÉRIQUE EST-ELLE UNE FATALITÉ ?

Philippe Dumas.

jeudi 9 mars 2006, par anass


L’expression « fracture numérique », en anglais digital divide, a été introduite à la fin des années 90 par similitude avec celle de « fracture sociale » qui avait cours dans le débat politique. Elle se voulait une alerte à l’encontre des chantres de l’internet qui pensaient que le développement des technologies de l’information communication allaient créer une société sans classe fondée sur une disponibilité universelle du savoir et une démocratie immédiate. Elle visait à rappeler que l’accès et les bénéfices de l’internet étaient pour le moment l’apanage des sociétés les plus riches et les plus avancées, et que la plus grande partie de la population mondiale n’y avaient pas accès. Cette population se trouvant non seulement parmi les classes défavorisées des nations occidentales mais encore et surtout dans le monde en développement. La fracture numérique est ainsi devenue un des slogans des mouvements anti-mondialisation. La présente communication vise à recenser quelques données objectives sur le « sous développement numérique » et à montrer que les indicateurs couramment utilisés par les tenants de la fracture numérique sont partiels et sous-estiment les potentiels actuel et futur de l’internet pour le développement durable. Mettre la technologie au service du développement durable est une posture éthique qui met ces préoccupations à l’échelle de la planète.

Source :ArchivesSIC.Le 21 Février 2006.Auteur :Philippe Dumas.

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette