BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Société de l’Information et du Savoir > La société de la connaissance dans le cadre de la stratégie de (...)

La société de la connaissance dans le cadre de la stratégie de Lisbonne

Bouchet Hubert

vendredi 28 avril 2006, par anass


En 2000, par la stratégie de Lisbonne, le Conseil européen, inquiet du retard pris sur ses principaux concurrents a adopté un plan d’action visant à faire de l’Union à l’horizon 2010 « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable de soutenir une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration qualitative et quantitative de l’emploi et d’une meilleure cohésion sociale ». Le Conseil a ainsi affiché un objectif ambitieux assorti d’un calendrier impératif. A mi parcours, tous les indicateurs traduisent un retard certain avec des différences entre les pays, comme l’a constaté la communication de la Délégation pour l’Union européenne du Conseil économique et social. Pour une part, cette situation s’explique par l’insuffisante mobilisation des Etats qui n’ont pas inscrit leur action dans la stratégie de Lisbonne. Chaque Etat a d’abord poursuivi ses politiques antérieures. Certains ont accentué un effort de longtemps engagé quand d’autres ont pu prendre des dispositions contreproductives par rapport à la stratégie pourtant arrêtée en commun. Regrettons, aussi, le manque d’informations du citoyen, qui n’a véritablement pas eu connaissance de cette stratégie, de ses enjeux et de ses effets concrets et qui concerneront la vie de chacun. A ce stade, sauf à abandonner la stratégie elle-même, il s’avère du plus utile de réaliser un état des lieux des tenants et aboutissants de la société de la connaissance justement placée au coeur de l’avenir. La notion même de société de la connaissance et sa relation à l’économie de la connaissance méritent d’être interrogées à nouveau avant de décliner les voies et les moyens appropriés à la meilleure installation de l’Union européenne et de ses pays dans la nouvelle donne. La consultation du Conseil économique et social s’inscrit dans le travail du CESE invité en vue du sommet du printemps 2006, à rendre un avis sur « Le cheminement vers la société européenne de la connaissance - la contribution de la société civile organisée à la stratégie de Lisbonne ». Pour leur part, les propositions de la section des activités productives, de la recherche et de la technologie s’inscrivent dans une démarche qu’elle a initiée depuis vingt années lorsqu’elle s’est interrogée à l’instigation de Paul Delouvrier sur le rôle grandissant de l’investissement immatériel dans l’économie et plus largement la société. Cette réflexion se poursuit toujours, notamment au travers de travaux récents ayant porté sur la recherche (rapports et avis respectivement de MM. A. Pompidou et F. Ailleret) ou sur « L’acte productif dans la société des savoirs et de l’immatériel » (rapporteur M. H. Bouchet).

Source :INRP.2005.Auteur :Bouchet Hubert

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette