BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Les TIC en Tunisie.Encore des efforts

Les TIC en Tunisie.Encore des efforts

A.B.

jeudi 25 mai 2006, par anass


Le dernier recensement général de la population et de l’habitat pour 2004, mené par l’INS, fournit des données intéressantes sur le Tunisien et les TIC :

1- Une évolution nette, mais insuffisante :

Selon les chiffres de l’INS (Institut National des Statistiques), sur un échantillon représentatif des ménages tunisiens, on note un développement remarquable entre 1994 et 2004 :

- Nombre de lignes fixes :

Le nombre des ménages reliés au réseau de téléphonie fixe a évolué de 20 points, passant de 15% en 1994 à 35,6 % en 2004. 778.000 ménages en Tunisie selon l’INS ont un téléphone fixe chez eux.

- Nombre de lignes GSM :

46,1 % de la population dispose d’une ligne GSM, ce qui place la Tunisie en première position en Afrique. En 2004, 647.000 ménages ont un membre possédant un GSM, 245.000 ménages comptant 2 GSM et 115.000 ménages possédant 3 GSM et plus. Par contre la Tunisie comptant en 2004 , 1.178.000 ménages sans téléphone portable, soit 53,9 % des ménages interrogés. Ce chiffre a, probablement, beaucoup baissé en 2005, vu l’évolution très rapide du nombre des abonnés.

- Nombre de connexion Internet :

Selon une extrapolation, l’INS déduit que seulement 7,9 % des familles tunisiennes déclarent avoir, au moins, un membre utilisant Internet à l’intérieur ou à l’extérieur.

2- Qui sont-ils ?

Les analyses de l’INS relèvent que plus de 1.532.000 habitants âgés entre 5 ans et 25 ans sont abonnés au réseau mobile ou ont au moins à leur disposition un GSM, soit 16,8% de l’ensemble de la population, avec 23,4% pour les garçons et seulement 10,3% pour les filles. De manière plus générale, et même au niveau des tranches d’âges supérieures, ce sont toujours les hommes qui sont les plus branchés, avec 1.062.000 abonnés, contre 469.000 femmes. Le taux des personnes ayant ou utilisant un GSM varie aussi selon les catégories socioprofessionnelles, ce sont les étudiants qui occupent la première place, avec 44% des abonnés, suivis par la population active 33,7%, les retraités 16,5% et 4,5% pour les autres catégories.

Pour Internet, selon l’INS, on compte 254.000 utilisateurs en 2004 lors du recensement, avec 18,5% d’étudiants de l’ensemble des navigateurs, 3,4%, d’élèves, et 3,1% de population active Ce qui constitue un chiffre trop bas pour un pays comme la Tunisie, où le niveau de vie et celui d’instruction a beaucoup évolué en 10 ans. Cette faiblesse, reste encore non expliquée, surtout si elle était comparée au nombre de GSM.

3- Comment se connectent-ils ?

Aux regards des chiffres de l’INS, la majorité des utilisateurs du Web, s’orientent vers les Publinets, avec un taux de 48%, soit 68.000 internautes sur un total de 254.000 utilisateurs Internet en 2004. En seconde position, on retrouve, les connexions RTC à domicile avec 27% d’internautes, suivies de celles opérées sur les lieux de travail avec 21,6% et enfin celles des établissements scolaires avec 17,9%. Ainsi les Publinets ont joué effectivement un rôle dans la démocratisation de l’accès aux TIC.

En somme des conclusions utiles, intéressantes et qu’on aurait aimé retrouver sur le site web de l’INS. Ces informations sont d’un apport considérable pour les entreprises, les chercheurs, les ISP, l’ATI et les planificateurs. Un effort important reste à faire, pour que la Tunisie entre de plein pied dans l’ère du numérique et de l’Internet,... un retard à combler d’urgence.

Source :webmanagercenter - Management & Nouvelles Technologies. Le 01/04/2005. Auteur :A.B


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette