BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Haïchour visite le chantier du cyberparc de Sidi Abdellah (Alger).« Nous (...)

Haïchour visite le chantier du cyberparc de Sidi Abdellah (Alger).« Nous voulons faire de l’Algérie un dragon en Afrique »

Nadir Kerri

vendredi 26 mai 2006, par anass


En visite d’inspection, hier, dans le chantier du futur cyberparc technologique de Sidi Abdellah, Boudjemaâ Haïchour, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, accompagné de plusieurs ambassadeurs accrédités à Alger et d’opérateurs de la téléphonie fixe et mobile, a déclaré que l’Algérie possède des atouts majeurs afin de devenir, dans un futur proche, un petit dragon.

Le ministre, qui faisait une comparaison avec les pays du Sud-Est asiatique qualifiés de dragons des TIC, a affirmé que l’Algérie possède toutes les compétences et les atouts afin de devenir « un pays émergent dans le continent africain ». Dans son allocution, M. Haïchour a précisé que ce parc technologique, dont l’achèvement des travaux est prévu pour 2007, contribuera, à coup sûr, à développer le secteur productif des technologies de l’information et de la communication. Il a indiqué que son enjeu est de « susciter l’émergence d’une plateforme technologique autour de laquelle des investisseurs nationaux et internationaux peuvent s’installer et développer une industrie des logiciels et du contenu dans les domaines de micro et nanotechnologie ». Boudjemaâ Haïchour a, par ailleurs, exhorté les compagnies des TIC à « exploiter » toutes les potentialités existantes et tirer profit des atouts qu’offre l’économie nationale, notamment dans le domaine des TIC ; un marché, selon lui, très porteur dont la demande ne cesse de croître. Dans sa communication, Sid Ahmed Kercouche, directeur général de l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques, a qualifié le cyberparc de Sidi Abdellah de véritable accélérateur des TIC en Algérie puisque, selon lui, ce projet suscitera « un accroissement des investissements » et favorisera « l’expansion des entreprises ». L’orateur a estimé que ce projet « augmentera la capacité d’innovation » du secteur local des TIC par des « transferts de technologies et la commercialisation de nouveaux produits et services ». Le cyberparc de Sidi Abdellah s’étale sur une superficie globale de 93 ha, dont 60 ha urbanisables. Il est le premier pôle technologique à travers le territoire national. Le pôle technologique s’articule principalement sur trois districts, à savoir le parc technopolitain, le district d’innovation et les structures de soutien. Il regroupera, selon son premier responsable, tous types d’entreprises locales ou étrangères offrant des produits ou services liés aux TIC. Ainsi, les activités du parc technopolitain couvriront les aspects liés à la production tels que la fabrication de composants électroniques, l’industrie du logiciel et l’assemblage de composants. Elles concerneront, également, les activités relatives à la distribution, à la commercialisation et à la mise en œuvre de produits et services, ainsi que les activités d’exploitation. Des centres de transfert de technologie, des incubateurs, des pépinières, des agences d’aide aux petites entreprises et un observatoire des TIC feront également partie du parc technopolitain aux côtés des télécommunications, de l’audiovisuel et des activités spatiales. Le district d’innovation comprendra, de son côté, des centres de services, de recherches et de développement d’entreprises privée ou publique, d’universités et des consortiums ou laboratoires de recherche indépendants du domaine des TIC. Des instituts universitaires, des écoles supérieures et des établissements de formation feront également partie de ce district. Quant au pôle de soutien, il regroupera un ensemble d’activités de loisirs et de commerce tels que les structures hôtelières, des établissements de restauration et de petits commerces de détail ainsi que des structures d’accueil pour entreprises. Ainsi, un hôtel 5 étoiles de 180 chambres, un autre de 3 étoiles, un auditorium de 600 places, une tour d’affaires et des immeubles multilocataires seront réalisés dans le cyberparc de Sidi Abdellah. Il est nécessaire de préciser que le ministre des TIC s’est révolté contre la manière avec laquelle les logements sont réalisés à Sidi Abdellah. « On ne peut pas mettre des logements sociaux dans un cyberparc technologique », s’est insurgé M. Haïchour, exhortant les responsables du projet de la nouvelle ville à opter pour une architecture et un design dignes des villes intelligentes. Le ministre indiquera que le plan de réalisation de logements doit être en totale adéquation avec le futur parc technologique. Sinon, avertit M. Haïchour, « on ratera le coche ».

Source : Elwatan.Le 29 Mars 2006. Auteur :Nadir Kerri


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette