BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Pan Afrique : IDE dans les services : A peine 1% pour l’Afrique

Pan Afrique : IDE dans les services : A peine 1% pour l’Afrique

A.s.

vendredi 26 mai 2006, par anass


Au niveau mondial, la révolution technologique et l’évolution spectaculaire des TIC ont profité pleinement au secteur des services, ce qui lui a permis de multiplier les performances et de se positionner comme secteur désormais stratégique.

Ainsi, au cours de ces dernières années, ce secteur a accaparé, à lui seul, environ 70% des investissements dans le monde, contre uniquement 25% au début des années 70. Les différentes études relèvent à ce propos que le taux de croissance s’est nettement accru à la faveur des opérations de fusion et d’intégration interentreprises. Sans parler de l’apparition d’activités à forte valeur ajoutée.

Grâce à ce comportement évolutif, le secteur des services représente aujourd’hui plus de 60% des activités de production et 20% des échanges commerciaux dans le monde.

D’un autre côté, il est nécessaire de noter que la progression spectaculaire du secteur a entraîné directement et indirectement une concurrence intense entre les différents pays pour l’attraction des investissements privés. Cela s’est traduit au concret par la multiplication des conventions bilatérales de protection des investissements. Actuellement, on compte plus de 2.100 conventions.

Toutefois, il faut reconnaître que, malgré une tendance d’équilibrage, ce sont encore les pays développés qui détiennent l’essentiel. Au niveau de l’investissement, ils accaparent 80% des IDE internationaux, ce qui a permis à leurs services de représenter environ 76% de leurs échanges commerciaux. Mieux, le secteur contribue à hauteur de 60% dans la formation de leur PIB et de 64% dans la création d’emplois. Les pays émergents ont réussi de leur côté à maintenir le rythme, pour s’approcher progressivement des pays industrialisés.

Malheureusement, au niveau des pays africains (du moins leur majorité), on n’a pas pu suivre cette cadence. Ainsi, le secteur ne draine qu’environ 1% de l’ensemble des IDE internationaux consentis dans les services.

Source :Allafrica. La presse(Tunis). Le 24 Mai 2006. Auteur :A.S


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette