BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Internet- Intranet > L’Asie donne un coup de fouet à son infrastructure réseau

L’Asie donne un coup de fouet à son infrastructure réseau

Yves DROTHIER, JDN Solutions

mardi 18 janvier 2005, par Collecte CND R.L

Alors que la Chine inaugure son Internet de nouvelle génération, l’Inde dévoile un projet ambitieux de réseau haut débit. Ces investissements viennent confirmer la santé des deux pays sur le marché IT.

L’Inde et la Chine viennent de s’illustrer dans le domaine de l’infrastructure télécoms, le premier en investissant 90 millions de dollars sur deux ans pour fournir une liaison haut débit à différents villages, le second en inaugurant le premier réseau Internet de nouvelle génération capable de supporter du haut débit sur de longues distances. Baptisé Cernet2, le nouvel Internet Chinois concerne dans un premier temps huit départements du pays et relie 25 universités réparties dans 20 villes différentes. Déjà selon l’agence de presse, China Daily, les responsables ont prévu d’élargir prochainement le projet à une centaine d’universités du pays. Construit autour de la technologie Ipv6, le réseau qui peut atteindre des débits de 40 gigabits/s fonctionne en moyenne entre 1 et 10 gigabits/s.

Le projet a été financé par la commission d’aide au développement national, le ministère des sciences et des technologies, ainsi que par la contribution des universités sélectionnées. Et ceci pour un montant total de plus de 184 millions de dollars. La majorité des équipements, tels les routeurs, proviennent des entreprises Huawei Technologies et Tsinghua Bit-Way.

Même problématique du coté de l’Inde avec le projet dénommé Rs 400 crore AP broadband, qui espère parvenir à une meilleure diffusion et un meilleur partage des connaissances. A travers 80 000 kilomètres de câbles en fibres optiques, le gouvernement compte relier la capitale (Hyderabad) de la région d’Andhra Pradesh aux autres sites situés en zones rurales.

Près de 40 000 sites se trouvent impliqués dans le projet. Pour les 23 sites principaux, des liens à 10 gigabits/s seront mis en place, cette vitesse chutant à 100 megabits/s pour les villages. L’Inde espère ainsi atteindre 2 megabits/s au minimum par connexion sur toute la région. Une première étape qui devrait s’étendre sur six mois prévoit une phase de test sur un des districts de la région.

Ainsi pour 2,2 dollars par mois, les citoyens connectés auront accès à une palette de services électroniques développés à Hyderabad. Le matériel nécessaire à la réalisation du projet sera issu de cinq sociétés : Railtel Corporation, Tata Indicom, Videsh Sanchar Nigam, In-Cable Network et Nuziveedu Seeds.

Ces initiatives suivent celles menées aux Etats-Unis autour de l’Internet 2 (lire l’article du 13/10/04) et visent à améliorer la recherche et l’éducation dans deux pays où le secteur IT connaît une forte croissance.

Ainsi selon le cabinet d’études IDC, les dépenses IT pour la Chine ont augmenté de 15,3% en 2004, contre 21,5% pour l’Inde. A eux seuls, ces pays représenteraient 39,6% de l’ensemble des dépenses technologiques de la zone Asie/Pacifique.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette