BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Intelligence Economique > La veille sociétale peut-elle être considérée comme une discipline de (...)

La veille sociétale peut-elle être considérée comme une discipline de l’Intelligence Economique

BEAUREPAIRE (de) David

jeudi 16 mars 2006, par anass


La veille sociétale est un concept trop général pour être appréhendé en tant que tel. Pour être examiné de manière utile, il est nécessaire de déterminer des champs issus de cette veille.Nous en déterminerons trois :

1. Le développement durable

2. La nécessaire intégration de l’entreprise au sein de la société

3. La veille tendances

Le développement durable représente le volet réglementaire de la veille sociétale. Ce domaine, lui aussi bien vaste, peut être abordé par le volet environnemental, par le volet social ou (et) par le volet sociétal.Exemple, en matière sociétale : nombre d’ « autochtones » employés et, parmi eux, nombre accédant à un poste de responsabilité... Dans le prolongement du thème du développement durable, il semble utile que l’entreprise soit plus réceptive aux débats qui animent la société. Cela implique des biais permettant une meilleure interaction entre l’entreprise et son environnement. Mais, La veille tendances nous paraît le champ de la veille sociétale le plus important au regard de notre discipline, l’intelligence économique. Nous pouvons en distinguer deux axes, différents de nature mais pouvant fort bien être complémentaires : L’axe tendances « air du temps » Ici, nous sommes en quête des tendances à venir (dans un délai n’excédant pas trois années) au niveau : des aspirations, mais aussi des formes, des couleurs, des goûts... Les méthodologies pour faire émerger ces nouveautés sont diverses et souvent originales. Il y a, d’une part : les revues de presse, les rapports d’étonnement, les comptes-rendus de salons, les recherches via internet à partir de groupes de discussion..., Mais aussi des méthodes inédites mises en place le plus souvent par des cabinets de conseil permettant de capter ces nouvelles tendances grâce à des confrontations originales entre : experts, praticiens, innovants... L’axe tendances « lourdes » Il s’agit, à l’aide d’indicateurs - voire de scénarios - de déterminer des évolutions à moyen et long terme. Nous sommes ici dans le domaine du possible, non de l’affirmé. L’intelligence économique, en s’associant à d’autres courants (prospective) et à des méthodologies provenant d’autres disciplines, peut mettre en place une « boîte à outils » efficace pour appréhender les tendances émergentes.

Source :Epice.ESIEE.Thèse soutenue en Octobre 2003.Auteur :BEAUREPAIRE (de) David

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette