BdD des Sciences d’Information

Accueil du site > Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) > Génie Informatique > Bill Gates fait de l’interopérabilité son nouveau cheval de (...)

Bill Gates fait de l’interopérabilité son nouveau cheval de bataille

Christophe Lagane, VNUnet.fr

mercredi 9 février 2005, par Collecte CND R.L

Pression de la concurrence open source ? Conséquences de sa condamnation par la Commission européenne ? Ou simplement nouvelle stratégie de l’entreprise ? Dans un long courriel adressé aux employés de Microsoft, Bill Gates a indiqué la nouvelle direction que doit désormais suivre l’éditeur, sous entendu pour assurer sa domination dans l’industrie informatique logicielle.

Une stratégie qui se résume en un mot : interopérabilité.

"Apporter des technologies hétérogènes tout en réduisant les coûts est aujourd’hui le défie qui touche toutes les couches de l’organisation", écrit l’architecte en chef et président de Microsoft.


L’interopérabilité n’est pas un concept nouveau en soi chez l’éditeur.

Windows accueille déjà des logiciels non édités par Microsoft et nombre de produits, plutôt professionnels comme Office, SQL Server, Exchange ou Visual Studio, disposent d’outils d’interopérabilité avec d’autres produits extérieurs à l’éditeur.

Et celui-ci participe à de nombreux consortium et associations chargés de définir des standards informatiques, à commencer par le W3C dédié aux technologies du Web.

Enfin, Microsoft estime ouvrir l’accès à ses solutions en publiant des API (interface de programmation d’application) sur lesquels s’appuient notamment les développeurs d’éditeurs concurrents.

L’environnement de développement d’applications en ligne .Net est, selon Bill Gates, un bel exemple d’interopérabilité.

Ingérance en vue

Mais cela ne suffit pas. Surtout, la diversité matérielle et la richesse du nombre d’applications tend à rendre ingérables les nécessaires vérifications et tests visant à garantir l’interopérabilité d’une solution avec un environnement.

C’est en vue de l’arrivée de cette ingérence que le numéro un de Microsoft tente de prendre les devants. Et sa solution s’intitule XML.

Ce protocole d’auto-description des documents offre une base de traduction et de dialogue entre deux applications ou environnement qui aboutit, de fait, à leur interopérabilité.

Pourtant, l’approche du protocole XML n’est pas nouvelle chez Microsoft. La suite bureautique Office 2003 intègre le protocole tout comme .NET et la dernière version de Visual Studio.

Pour convaincre un peu plus ses employés que l’avenir passe par le XML, Microsoft a ouvert un site dédié à la question.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette